galeries332008.gif
Aletschhorn (4195 m)
Après une mise en jambe la veille au Grand Muveran, nous attaquons les choses sérieuses avec l'ascension de l'Aletschhorn, un magnifique "4000" de l'Oberland. C'est une immense pyramide isolée, réputée pour être la montagne la plus froide de la chaîne, car elle domine le plus puissant fleuve de glace des Alpes : le Grosser Aletschgletscher. Ici, au cœur de ce massif grandiose, on sent encore le souffle de l'âge glaciaire. Motivés comme jamais, Hugo et moi partons à l'assaut de cette montagne à la magnificence originelle.

Le départ est donné à Bettmerhorn, que l'on atteint par des remontées mécaniques onéreuses. De là nous perdons de l'altitude pour prendre pied sur le glacier d'Aletsch. Puis nous traversons ce dernier en louvoyant entre de gigantesques crevasses. L'approche est grandiose ! Nous entrons ensuite dans une vallée isolée, que nous remontons longuement par des moraines, puis par un raidillon pénible, pour enfin atteindre le bivouac du Mittelaletsch. L'endroit est joli, propre et confortable. Nous y passons une nuit agréable avec d'autres alpinistes avec qui nous sympathisons.
Accueil
Copyright © Lumières de Cimes - Tous droits réservés
galeries332007.jpg
Contact
galeries332006.jpg
galeries332005.gif
Massif :
Date :
Départ :
Dénivelé :
Conditions :
Cotation :
Bettmerhorn (2640 m)
Horaire :
2600 m
16h30
Bonnes
PD+
Arête nord-est
galeries332004.gif
=> Retour à l'accueil
galeries332003.gif
galeries332002.gif
banniere_lumieres_de_cimes.gif
Oberland (Alpes)
25-26 Juillet 2015
=> Retour à la liste "Oberland"
Le lendemain nous partons très tôt. Dans l'obscurité il n'est pas facile de suivre l'itinéraire qui se perd dans les banquettes rocheuses qui dominent le refuge. Mais après quelques détours nous prenons finalement pied sur le glacier, que nous remontons facilement jusqu'à l'Aletschjoch. Alors que nous attaquons l'arête nord-est, le soleil surgit et illumine les pentes de l'Aletschhorn. L'ambiance est absolument sublime. Voilà qui nous redonne des forces et qui récompense tous les efforts fournis depuis la veille. Nous franchissons une arête rocheuse, peu difficile mais étroite, avant d'aborder une large croupe neigeuse. La fatigue commence à se faire sentir alors que nous arrivons, après un passage très raide, sur l'antécime. Le sommet principal est proche. Nous ne perdons donc pas de temps et filons vers la cime. Un court escarpement avec une rimaye, puis une arête mixte exposée nous conduisent en haut de l'Aletschhorn (4195 m) ! Victoire !

Quelle ascension, et quelle montagne ! Le panorama est dantesque sur l'Oberland et le Valais. Nous en profitons un court moment, car le retour à la civilisation promet d'être terriblement long et fastidieux... Et je ne croyais pas si bien dire : de nombreuses heures plus tard nous finissons par attraper, complètement épuisés, la dernière benne du télécabine, concluant à genoux une course inoubliable, car peu de sommets se méritent autant que celui-ci !
galeries332001.jpg